Actualités        Agenda        Contacts        Espace presse


Expositions


"Ceux qui nous lient"

 

Du 25/05 au 25/08/2018
A l'artothèque - Pessac

En partenariat avec la galerie Michel Rein, Paris/Brussels
Commissariat Emilie Flory, Alexandre Castéra, Anne Peltriaux

Vue de l’exposition «Mundial» au Grand Café, 2017
«4820 brillos» (4820 faisceaux) (détail), 2017, Enrique Ramírez Production Le Grand Café, centre d’art contemporain, Saint-Nazaire
© Marc Domage. Courtesy of the artist and Michel Rein, Paris/Brussels.

Souvent considérées comme une menace, les migrations ont existé de tous temps. Pourtant, nos civilisations s’enrichissent des échanges et des in uences nés de ces mouvements.

L’art et la culture sont des éléments fondamentaux de toute société. Comment les partager et les transmettre, entre les individus et les générations? «Ceux qui nous lient» explore la possibilité d’un monde construit autour des valeurs de transmission, d’altérité, de liberté et de créativité.

 

Avec les œuvres de :

Maria Thereza Alves, Frédéric Bruly-Bouabré, John Giorno, Laura Henno, Javiera Hiault-Echeverria, William Kentridge, Pierre Labat, Nino Laisné, Cristina Mejías, Enrique Ramírez, Leila Sadel, Ablaye Thiossane.

 

 

Hermès est nomade, vagabond, toujours à courir le monde ; il passe sans arrêt d’un lieu à un autre, se riant des frontières, des clôtures, des portes, qu’il franchit par jeu, à sa guise. 1

 

Il y a des sentiments qui sont intrinsèquement forts et qui nous bouleversent. Une révolte dans ce qui se passe sur la planète, une réaction épidermique à la façon dont on maltraite L’Autre, à ne plus savoir comment regarder ce que l’on nous montre et qui paraît inconcevable. Souvent considérées comme une menace, les migrations ont existé de tous temps. Nos civilisations s’enrichissent des échanges et des influences nés de ces mouvements. L’art et la culture sont des éléments fondamentaux de toute société. Comment les partager et les transmettre, entre les individus et les générations ?

Ceux qui nous lient explore la possibilité d’un monde construit autour des valeurs de transmission, d’altérité, de liberté et de créativité.

 

À travers des œuvres de la collection de l’artothèque mises en dialogue avec celles d’artistes invités, l’exposition souligne de façon poétique ou frontale, avec esprit et subtilité la richesse de ce qui constitue l’humanité. Nous nous développons tous grâce à ce qui nous entoure, nous apprenons des autres, reproduisons des habitus, guidés par nos familles proches et éloignées, par des ancêtres, des amis, par ceux qui nous lient. De l’universalité d’un geste dessiné — que l’on retrouve dans la proposition murale de Javiera Hiault-Echeverria, dans les vidéos et la performance de Cristina Mejías, dans le « carnet » de poésies de Frédéric Bruly-Bouabré et la lithographie de William Kentridge — en passant par les images fines que Leila Sadel révèle des traditions et des us marocains, jusqu’aux chansons traditionnelles offertes à Nino Laisné par les exilés piégés à Chypre ; l’exposition déploie les dialogues et les correspondances, traverse les siècles et les continents, danse d’un art à l’autre.

 

Il y a ce que l’on fait sien : les coutumes, les recettes, les mots et le verbe. Il y a une façon de dire ou de ressentir une joie viscérale à l’évocation d’un lieu, d’une odeur ou à la vue d’un objet, d’un geste. Il y a ce que l’on partage : des dessins, des mélodies et des images comme une ode aux rites, aux croyances et aux échanges, une volonté de retranscrire l’oralité et le vécu et ce qu’ils ont de constituants pour nous et pour les autres.

L’artiste protéiforme Ablaye Thiossane a réalisé pendant des années une série de dessins qui détourne et interprète les affiches du cinéma américain, indien ou européen. L’artiste croise ainsi les cultures et propose une mixité non dénuée d’humour. Dans What is the color of a German rose?,l’artiste Maria Thereza Alves, brasse elle aussi avec humour et ironie l’origine des fruits, légumes et fleurs que l’on trouve sur les marchés européens, tel un résumé du monde à la Perec. Cette « citoyenne itinérante », comme ils se sont auto-proclamés avec son compagnon Jimmie Durham, milite depuis longtemps pour la reconnaissance des peuples indigènes et appelle à la solidarité universelle. Cet engagement se retrouve aussi dans le film Missing Stories de Laura Henno. Il importe à l’artiste de vivre auprès de ceux qui deviendront ses personnages. Elle met en place un long processus d’échanges, d’apprivoisement mutuel, de moments de vie et de partage afin que les jeunes apatrides acceptent de jouer leur propre rôle devant la caméra. La vie fantasmée se mêle alors au vécu et la vérité se glisse dans des détails, dans les regards et dans certains rapports aux autres.

Soi et l’autre, la bienveillance et l’incompréhension, l’intime et le culturel, c’est ce qu’éveille également à nos sens la pièce de Pierre Labat. Expatrié au Japon, l’artiste a réalisé sept dessins sur papier embossé qui disent le ressenti, la peur, la différence ; des sentiments intimes écrits en braille suite à la catastrophe de Fukushima, qui restent ici doublement inaccessibles puisque protégés d’une vitre.

 

Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui est étranger, se prolonger dans et par lui. (...)

On se connaît, on se construit par le contact, l’échange, le commerce avec l’autre. Entre les rives du même et de l’autre. L’Homme est un pont. 2

 

Les œuvres d’Enrique Ramírez créent des ponts entre les autres œuvres au sein de l’exposition. Toutes ont la mer comme élément constituant, elle est récurrente dans le travail de l’artiste. Porteuse de vie — son père était fabriquant de voiles et l’a emmené naviguer — elle est aussi celle par laquelle jaillit la mort, celle de nombreux opposants à la dictature de son pays, celle des déplacés d’aujourd’hui, des migrants qui sombrent en mer.

 

Américain, brésilienne, chilien, espagnole, français, franco-chilienne, franco-marocaine, ivoirien, sénégalais et sud-africain, les artistes de cette exposition évoquent, sans pathos et avec justesse, la joie et la fécondité de la différence. Ils construisent une halte, invitent au voyage et nous permettent de ne pas oublier que nous sommes tous des Hermès.

 

Dehors, il y a du vent, avec lui je voyagerai.

Je sais, un peu partout, tout le monde s’entretue, c’est pas gai, mais d’autres s’entrevivent, j’irai les retrouver. 3

 

Émilie Flory, Anne Peltriaux

Avril 2018

 

 

1 et 2 — Jean-Pierre Vernant, La traversée des frontières, Éditions du Seuil, 2004.

3 — Jacques Prévert, Sainte âme pavillon de neuro-théologie : Journal d’un malade. Paru dans un article de la revue Liberté, Volume 8, Numéro 1, Janvier- Février, 1966, p. 49–53. La chasse aux sorcières.

 

 

DATES

Du 25/05 au 25/08/2018

Vernissage jeudi 24 mai à 19h
+ "Twenty-four Upon a Time", performance de Cristina Mejías

LIEU

les arts au mur artothèque

2bis, avenue Dulout - Pessac

HORAIRES

Du mardi au vendredi : 10h-18h

Samedi : 14h/18h

Et sur rendez-vous

PROGRAMME CULTUREL

Projection

Mercredi 30 mai à 19h30

Cinéma Jean Eustache, Pessac

Projection du film Antonio, lindo Antonio d’Ana Maria Gomes,

en présence de l’artiste.
Tarifs habituels du cinéma.

Atelier RécréO'mur

Le 23 juin de 14h à 16h

Atelier Familles ludique

et créatif destiné aux enfants (5-12 ans) avec leurs parents, autour d’une visite-découverte de l’exposition. 


Les arts au mur
2bis, av. Eugène et Marc Dulout

33600 Pessac
05 56 46 38 41

contact@lesartsaumur.com
Mardi - vendredi : 11 h - 18 h
Samedi : 14 h - 18 h
Et sur rendez-vous 

Newsletter mensuelle. Recevez directement sur votre boîte email toute l'actualité de l'Artothèque, mais aussi des artistes de la collection et des lieux de l'art contemporain de la C.U.B. et en Région Aquitaine.